Les défenseurs du Bitcoin utilisent des chiffres faux

 

Les défenseurs du Bitcoin utilisent des chiffres faux

 

Les défenseurs du Bitcoin pour justifier la consommation démente de la preuve de travail du réseau Bitcoin n'hésitent pas à publier et à mentionner des chiffres faux. Le procédé a déjà été dénoncé, voir par exemple

Qui enfume qui ?

Je vais détailler un nouvel exemple (mentionnant les sèche-linge) de ces chiffres faux avancés en général sans précisions pour faire croire que la preuve de travail du réseau Bitcoin n'est pas grave, puis je reviendrai sur un grand classique : les éclairages de Noël.

Fanis Michalakis écrit dans son blog ( ici )

« La consommation de Bitcoin est souvent comparée à celle d’un pays comme la Suède. Pour avoir à l’esprit un ordre de grandeur tout aussi dénué de sens, il est amusant de constater que cela correspond par exemple à la consommation annuelle d’un tiers des sèche-linge aux États-Unis. »

L'affirmation est répétée dans l'interview du podcast "Univers Bitcoin" ( ici ou ici ) où, avec un air convenu, l'intervieweur ne discute pas l'affirmation et ne demande aucune précision. On est entre défenseurs du Bitcoin !

La production électrique de la Suède est 133 TWh/an. Voir par exemple ( ici ). Bien que Fanis Michalakis n'indique aucune source ni aucun chiffre, on déduit de ce qu'il affirme que pour lui la consommation électrique des sèche-linge aux États-Unis serait environ trois fois celle de la Suède soit : 400 TWh/an.

Voyons s'il est vrai que les sèche-linge consomment 400 TWh/an aux États-Unis.

  • Calcul 1

Il y a 67 millions de sèche-linge électriques aux États-Unis ( ici ). Chacun consomme en moyenne 300 KWh/an ( ici ). Cela fait donc : 67*(10^6)*300000 W/an = 2*10^13 W/an = 20 TWh/an.

Si on prend un autre chiffre de la consommation annuelle d'un sèche-linge évaluée à 530 KWh/an ( ici ) on arrive à 67*(10^6)*530000 W/an = 36 TWh/an. Même avec une évaluation forte de la consommation annuelle d'un sèche-linge, on n'arrive même pas à un dixième de ce qui est affirmé par Fanis Michalakis !

Peut-être que je ne considère pas les bons chiffres et les bonnes sources d'information. Menons un second calcul.

  • Calcul 2

En France 34% des foyers possèdent un sèche-linge ( Que choisir ) et il y a en France 29 millions de foyers ( Insee ). Cela conduit à une évaluation de 10 millions de sèche-linge en France. Prenons l'évaluation forte de la consommation annuelle d'un sèche-linge de 530 KWh/an déjà citée. On arrive à une consommation des sèche-linge de 5 TWh/an en France. La population des États-Unis est 5 fois celle de la France. On peut donc proposer le chiffre de 25 TWh/an pour les sèche-linge aux États-Unis. C'est peut-être un peu plus, 30 TWh/an ou même 35 TWh/an,  si les ménages aux États-Unis sont en proportion plus équipés que ceux en France.

On a retrouvé des chiffres comparables à ceux du premier calcul.

  • Calcul 3

Adoptons une troisième approche. La consommation d'électricité pour les lave-linge en Amérique du Nord est de 13,2 TWh/an ( ici ). Un sèche-linge consomme jusqu'à deux fois plus d'électricité qu'un lave-linge, mais tout le monde n'en utilise pas et on utilise aussi des sèche-linge fonctionnant au gaz. En prenant en plus en compte que les États-Unis ne sont qu'une partie de l'Amérique du nord, il est alors raisonnable de considérer que les sèche-linge aux États-Unis consomment entre 15 TWh/an et 25 TWh/an.   À nouveau nous retombons sur des chiffres comparables à ceux des deux premiers calculs.

  • Conclusion.

L'évaluation de la consommation électrique des sèche-linge aux États-Unis, n'est pas très facile, mais en faisant le calcul par plusieurs méthodes et en utilisant des sources différentes pour contrôler que les chiffres se recoupent bien en ordre de grandeur, on arrive à un encadrement entre 15 TWh/an et 36 TWh/an.

On est très loin de 400 TWh/an implicitement mentionnés par Fanis Michalakis. Une fois de plus, les défenseurs du minage du Bitcoin utilisent des chiffres faux pour minimiser l'effroyable consommation d'électricité de la méthode d'attribution de l'incitation utilisée par le protocole Bitcoin.

 ***

Les fameux éclairages de Noël

Venons-en maintenant à la comparaison entre la consommation électrique du Bitcoin et celle des éclairages de Noël dans le monde.

On trouve fréquemment des affirmations comme : « Le Bitcoin consomme autant d'énergie que les illuminations de Noël »  ( ici )

Une multitude d'autres sites internet ( ici ou ici ou ici etc. ) mentionnent cette idée depuis longtemps sans jamais vraiment expliquer d'où cela vient ni détailler un raisonnement sérieux. Parfois même, il est affirmé que le Bitcoin consomme moins que les éclairages de Noël. Ces affirmations méritent d'être étudiées.

Remarque préliminaire. Sachant qu'il y a des milliards d'individus qui à Noël allument des éclairages particuliers pour les fêtes et que ces éclairages sont utiles pour affronter les risques de dépression de l'hiver, pour entretenir et faire s'épanouir les liens familiaux et entre générations, etc., auquel s'ajoutent les éclairages commerciaux et ceux des villes qui ont d'autres fonctions encore, il est évident que ces éclairages sont réellement importants psychologiquement, familialement, socialement, économiquement et tout simplement humainement. Si le Bitcoin dépense autant pour faire fonctionner son mode d'attribution des "rewards" et des "fees", alors c'est que le Bitcoin est fou.

Or on va voir que l'affirmation citée est très probablement fausse : le Bitcoin dépense bien plus que tous les éclairages de Noël dans le monde.

Dans un article de 2017, on trouve mentionné que « la puissance nécessaire aux éclairages de Noël des villes et ménages dans toute la France est de 1 300 MW » ce qui est approximativement équivalent à le puissance d'un réacteur nucléaire.

Donc, si les éclairages de Noël sont maintenus allumés 1/4 de l'année (trois mois) cela fait 2 TWh/an (on divise par 4 la production annuelle d'un réacteur nucléaire standard qui est environ 8 TWh/an) pour les éclairages de Noël en France. La production électrique en France est 500 TWh/an. Les 2 TWh/an représentent donc 2/500 = 0,4 % de la production électrique en France pour 2017.

Dans un article de 2015, il est indiqué que pour Noël « les accessoires lumineux pèsent pour 0,2% dans la consommation d'énergie électrique annuelle des États-Unis. » Depuis, l'usage de meilleures ampoules qui se généralise a diminué cette consommation. Sachant que l'utilisation d'ampoules LED peut faire économiser 80% de l'électricité pour l'éclairage ( ici ) il n'est pas absurde de penser qu'en 2022, ce n'est pas 0,2% mais la moitié, 0,1%, de l'électricité des États-Unis qui est dépensée pour les éclairages de Noël aux USA.

De ce 0,4% pour la France et des 0,2% et 0,1% pour les USA, on tire trois hypothèses pour des chiffres dans le monde entier de la consommation électrique des éclairages de Noël.

On part de la production totale d'électricité par an dans le monde qui est de 19800 TWh/an ( ici )

(a) Si dans le monde les éclairages de Noël dépensent le même pourcentage que la France en 2017 de l'électricité produite (0,4 %) alors dans le monde on en serait à : 19800*0,004 TWh/an = 79 TWh/an pour les éclairages de Noël. La consommation électrique des éclairages de Noël seraient alors inférieure mais assez proches de celle du Bitcoin qui est de 150 TWh/an ou même 200 TWh/an d'après Digiconomist ou CBECI en avril 2022 (chiffres compatibles avec ceux utilisés pour discuter l'affirmation de Michalakis).

Notons que l'hypothèse que le monde s'aligne sur la France pour ses dépenses électriques de Noël surestime sans doute la consommation mondiale des éclairages de Noël puisque ces éclairages sont liés aux traditions chrétiennes qui ne sont pas universelles ! Le 79 TWh/an devrait sans doute être corrigé à la baisse ce qui augmenterait encore l'écart entre ce qu'affirment les défenseurs du Bitcoin et la réalité.

(b) Si dans le monde les éclairages de Noël dépensent le même pourcentage que les États-Unis (0,2 %) en 2015, alors dans le monde on en serait à 19800*0,002 TWh/an = 40 TWh/an pour les éclairages de Noël. Ce serait bien moins que les 150 TWh/an ou 200 TWh/an du minage du Bitcoin.

(c) Si en 2022 les économies faites grâce aux nouvelles ampoules sont de 50% (sur les 80 % possible) par rapport à la situation des 0,2% de 2015 aux États-Unis et que cela s'applique au monde entier, on arrive à 19800*0,001 TWh/an = 20 TWh/an pour les éclairages de Noël dans le monde. Il est alors gravement faux d'affirmer que le Bitcoin consomme autant d'énergie électrique que les éclairages de Noël.

En conclusion,

Malgré la difficulté à se procurer des chiffres sérieux et définitifs pour les éclairages de Noël dans le monde, il apparaît que selon les hypothèses plausibles (a) 0,4%, (b) 0,2%, (c) 0,1%, la dépense électrique des éclairages de Noël est :

(a) un peu moins importante que celle du minage du Bitcoin,

(b) sensiblement moins importante que celle du minage du Bitcoin,

(c) très nettement plus faible que celle du minage du Bitcoin.

Encore un mythe soigneusement entretenu par les défenseurs du Bitcoin qui tombe.

 


Un commentaire pour “Les défenseurs du Bitcoin utilisent des chiffres faux”

  1. Mariano Suarez Répondre | Permalink

    On m'a diagnostiqué le VHS (herpès) il y a quelques années et mon médecin m'a dit qu'il n'y avait pas de remède permanent contre la maladie. On m'a donné des médicaments pour ralentir la progression du virus. Au début, ce n'était pas si grave jusqu'à ce qu'il progresse jusqu'à un stade où j'avais des difficultés à vaquer à mes activités quotidiennes parce que je ressentais constamment des douleurs dans mon pénis et autour de mes organes génitaux où j'avais ces cloques. J'étais totalement dévasté et j'avais même honte de me plaindre à qui que ce soit. J'ai vu une publication sur un médecin appelé Dr.Water, et d'après ce que j'ai lu, il utilisait des plantes médicinales pour soigner des maladies comme l'HERPES, le virus du papillome humain, la SLA, le diabète, le VIH, etc. J'ai choisi de le contacter par e-mail, après quelques discussions, j'ai commandé pour ses médicaments. Il a préparé le médicament et me l'a envoyé. Quand j'ai reçu le médicament à base de plantes, je l'ai pris selon ses instructions. Après l'avoir utilisé selon les instructions, quelques semaines plus tard, je suis allé à l'hôpital pour faire un test sanguin et le test s'est avéré négatif. À ma plus grande surprise, j'ai été guéri de ce virus tenace simplement en utilisant un simple produit à base de plantes.
    C'est pourquoi je suis ici pour partager mon témoignage autant que possible afin de créer le plus de prise de conscience possible afin que les gens puissent également en bénéficier et être guéris aussi. contactez-le pour obtenir de l'aide, via son email : {DRWATERHIVCURECENTRE@GMAIL.COM} ou WhatsApp (+2349050205019). ceci est mon email personnel : marianosuarezsm@gmail.com, vous m'ajoutez sur le hangout

Publier un commentaire