RSS
 

En hiver, pour survivre , le pika du Tibet se régale des bouses de yak

Le pika du Tibet n’hiberne pas et  doit trouver pitance l’hiver venu alors qu’un épais manteau de neige enfouit le végétation dont il fait son ordinaire le reste de l’année. Par chance il côtoie sur ces hauts plateaux un autre herbivore, le yak domestique, et se nourrit de ses bouses qui contiennent suffisamment d’éléments nutritifs pour lui permettre de franchir cette période de disette et faire la soudure (1). En terme savant, ce mode de nourrissage peut être qualifié de... Lire la suite

Le lapin sauteur d’Alfort a un gène singulier

Sauter  pieds joints pour se déplacer, quelques mammifères en sont capables : lapins, lièvres, kangourous et des rongeurs. Il est même un type de lapin domestique qui se déplace aisément sur les pattes avant : le lapin-sauteur d’Alfort. Un désordre génétique induit ce moyen de locomotion peu ordinaire, et c’est une mutation sur un  seul locus qui provoque  cette pathologie acrobatique. De quoi éclairer sur les modalités et origines de la motricité des quadrupèdes,  comment réparer ses désordres, et pas... Lire la suite

Assimiler l’oxygène au travers du rectum ? C’est possible

Pour améliorer les capacités respiratoires des Mammifères, il est proposé un protocole qui met à contribution  les parois intestinales du rectum pour assimiler un plus d’oxygène. Chez les sujets testés, rongeurs et cochons, lorsque la ventilation pulmonaire est défaillante et que l’on met en oeuvre cette technique, le gain en terme de chances de survie est positif, ce qui suggère que c’est une voie à explorer dans le cadre de la lutte de l’insuffisance respiratoire passagère constatée  chez les patients... Lire la suite

Les chiots et nous : une affaire de gènes

Tout juste nés, les chiots nous témoignent gratitude, comprennent nos gestes et obéissent à nos invites. En particulier lorsque nous pointons du doigt un objet quel qu’il soit, ils suivent l’invite et s’y intéressent. Ce sont des facteurs génétiques qui contrôlent près de la moitié de la variation des aptitudes sociales des chiens et facilitent leurs rapports avec les humains. Autrement dit, les chiens sont prédisposés génétiquement pour communique avec les humains (1). L’arrivée d’un jeune chien dans une famille... Lire la suite

Coronavirus et Mammifères : suite, et ce n’est pas la fin

La situation de l’humanité face au risque d’infection par des coronavirus est sans aucun doute plus risquée qu’envisagée jusqu’ici : de nombreux mammifères proches de nous, domestiques ou sauvages,  sont susceptibles d’héberger des coronavirus tout aussi porteurs de graves pathologies que le SARS-CoV-2, donc à terme de nous les transmettre, et ce avec des variants de dangerosité imprévisible par définition (1).  Un vétérinaire a rejoint récemment le Conseil Scientifique covid 19 de notre pays mis en place pour éclairer les... Lire la suite

Pour nos chats : carnem et circenses

Les millions de chats que nous accueillons et nourrissons  dans nos foyers n’en perdent pas pour autant leur instinct de chasseur. Au point que cette surpopulation de  carnivores très protégés met en péril la biodiversité de son entourage. Pour réduire leurs méfaits, une étude propose que les maitres et maitresses  de tous ces chats leur fournissent en  premier lieu une nourriture carnée  abondante et de chaque instant, et aussi les fassent jouer. Si de plus  leurs matous  sont équipés  d’une... Lire la suite

Pas d’urne dans la République des Chèvres

Chez les herbivores, lors des déplacements quotidiens à la recherche de pâturages ou à l’occasion de migrations saisonnières, comment est assurée la cohésion d’un groupe ? Chez un troupeau de chèvres semi sauvages de Namibie, on montre qu’il n’ y a ni meneur ni concertation préalable entre les individus avant d’envisager de se déplacer vers une nouvelle pâture. Les biquettes  décident de la direction à emprunter au fur et à mesure de leur voyage en copiant les pas  qu’empruntent leurs... Lire la suite

Sauver les rhinocéros par les pieds

Sauver les rhinocéros de l’extinction est  synonyme de mettre les survivants de cette espèce en voie d’extinction hors de portée des braconniers et des nemrod avides de les coucher sur leurs tableaux de chasse. Il faut donc transporter  en lieu sûr, dans des réserves sous protection, les quelques dizaines de survivants de cette espèce depuis les savanes où ils sont menacés.  Mais transporter un animal d’une tonne  sans affecter ses facultés physiques et psychiques n’est pas chose facile. Heureusement les... Lire la suite

Les dons cachés de l’hasch des chats

L’herbe-aux-chats provoque chez nos minets des signes de bonheur allant jusqu’à  l’extase : ils se roulent sur ses touffes drues, dévorent les fleurs, s’en imprègnent, s’en frictionnent les pattes puis se massent le haut du crâne et tout le corps, les babines dégoulinant de bonheur, les yeux perdus vers des horizons qui n’appartiennent  qu’à eux, emportés dans des rêves que nous ne pouvons pas partager. D’ évidence, ça  plane pour eux, et l’envolée  peut durer… et se répéter.  Et l’on... Lire la suite

Mammifères lucioles

La nuit tous les chats ne sont pas gris : des écureuils-volants, des opossums et des ornithorynques sont bio-luminescents, à condition d’avoir les bons yeux  (1,2,3)  Ces découvertes récentes  interpellent  sur plusieurs sujets :  quel avantage sélectif ces espèces retirent-elles  de leur bio luminescence  UV ?  s’agit-il seulement de signaux de reconnaissance émis pour rechercher des partenaires sexuels ? est-ce pour éloigner des prédateurs ou à l’inverse attirer des proies ? est-ce un caractère primitif hérité de leur passé commun... Lire la suite