L'auteur : Didier Nordon

Avatar of Didier Nordon

Didier Nordon est venu au monde dans un département aujourd'hui disparu, la Seine, et a fait une multiplication exacte le jour même de sa naissance, puisqu'elle a eu lieu le 23.2.46.
Ainsi voué aux nombres, il ne pouvait, vingt et quelques années plus tard, que rejoindre Bordeaux, ville célèbre pour l'équipe de théorie des nombres qui y travaille.
Depuis, il a eu largement le temps de s'intéresser à d'autres sujets, dont ce blog donne un aperçu.

 

Tous ses articles

 
 

La plus bête et la plus intelligente des choses

25.01.2023 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Quand je fais une recherche sur internet et que je tape une question précise formulée avec des termes exacts, je suis agacé de voir défiler un tas de réponses dont certaines sans rapport avec ma quête. Je trouve stupide le moteur de recherche. Mais quand je pose une question vague, mal formulée, avec des noms propres mal orthographiés, et que l’ordinateur donne une série de réponses parmi lesquelles la réponse à ma question correctement formulée et bien orthographiée, je trouve... Lire la suite

L’humanité, plus imaginative que les hommes

20.01.2023 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

L’imagination théorique abstraite me semble souvent moins puissante que l’imagination sociale concrète, la spéculation moins imaginative que l’action. L’observateur, le philosophe politique, dit que la société est arrivée au bout de tel chemin (fin de l’histoire, fin du capitalisme, etc.), qu’il n’y a pas moyen d’aller plus loin - et voilà que quelqu’un, ou un groupe, invente quelque moyen imprévu pour prolonger dans la direction qui était supposée s’être heurtée à un terminus. Les hommes manquent d’imagination : chacun prend pour... Lire la suite

Écologie et guerres

16.01.2023 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Tel président des États Unis était si bête, disait-on, qu'il ne pouvait pas simultanément marcher et mâcher un chewing-gum. Je ne vaux guère mieux : je ne puis pas avoir deux projets à la fois. J'ai interrompu ce blog pendant que j'écrivais des aphorismes. Ceux-ci étant publiés, sous le titre Épargnez-nous les démonstrations ! aux éditions Pont 9 (www.aupont9.com), je reprends ce blog. À l'opposé de ma génération, qui faisait primer les considérations politiques, une tendance actuelle fait primer les... Lire la suite

Épidémie de dichotomies

20.12.2021 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Même quand les choses vont mal, il nous reste le loisir, en France, de nous disputer sur des questions de langue. On ne sait pas encore qui va imposer sa loi, de ceux qui en tiennent pour « le covid » et de ceux qui en tiennent pour « la covid », et voici que, de la même pandémie, surgit déjà une nouvelle querelle. Selon les autorités langagières, on doit prononcer « omicron » avec un n final sonore. Elles ont raison : il est naturel... Lire la suite

Un piège tendu par la beauté ?

03.10.2021 | par Didier Nordon | 3 Commentaires

N’étant pas académicien, je n’ai pas à donner d’injonction à la langue française. Il me reste cependant le droit d’exprimer un regret. Je trouve dommage, voire trompeur, que cette langue (comme d’autres) puisse appliquer le même adjectif, « beau, belle », à une œuvre d’art et à un lieu naturel. Or je ne crois pas qu’il y ait de beauté là où il n’y a pas d’intention de la part d’un créateur. La beauté d’une peinture ou d’une musique naît d’une conjonction... Lire la suite

Alerte à l’invasion de la Terre par des êtres intelligents !

30.08.2021 | par Didier Nordon | 1 Commentaires

L’intelligence est on ne peut plus répandue sur Terre - et ce n’est pas une bonne nouvelle. Telle est la conclusion - tout à fait personnelle - que je tire de ma lecture du livre aussi passionnant qu’effrayant et aussi effrayant que passionnant de Clément Lagrue, Les parasites manipulateurs (humenSciences, 2020). Il décrit l’action des parasites sur leurs hôtes, en particulier l’aptitude des parasites à faire en sorte que les hôtes adoptent un comportement adapté aux besoins des parasites et... Lire la suite

Problème pour gens fatigués en fin de vacances

22.08.2021 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Je lis un roman policier de 300 pages. À la page 100, le coupable est démasqué. Je sais que l’enquêteur a fait une erreur. Il y aura un rebondissement et ce « coupable » sera innocenté. Contrairement à l’enquêteur je dispose en effet d’un indice sûr : dans un polar de 300 pages, le coupable n’est pas débusqué avant la page 299. Ainsi, plus lucide que l’enquêteur, je ne suis pas dupe de son erreur. Cela nuit au suspense. Comment remédier à... Lire la suite

Soumission

18.02.2021 | par Didier Nordon | 3 Commentaires

Alzheimer, Charcot, Covid-19, Dupuytren ont ceci de commun d’être des maladies dont le nom prend une majuscule. Pour trois d’entre elles, cela s’explique : elles sont désignées par un nom propre. Mais la quatrième ne porte pas le nom de quelqu’un, c’est à peine si elle porte un nom commun : il consiste en abréviations de mots anglais concaténées. Une orthographe rationnelle serait CoViD avec des majuscules pour les lettres initiales de mots (comme on fait dans SNCF) et des... Lire la suite

Où ça, « dans » la vie ?

20.01.2021 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Les gens que je fréquente quotidiennement - collègues, boulanger, épicier, marchand de journaux ou autres - sont, dans leur travail, plus ou moins souriants ou contrariés, rapides ou empotés, aimables ou renfrognés. Cela, je le sais et j’en tiens compte dans mes relations avec eux. Pourtant, je n’ai aucune idée de comment ils sont « dans la vie », en entendant par là comment, hors des contraintes professionnelles, ils occupent leurs loisirs, et comment, chez eux, ils se comportent avec... Lire la suite

Couvrez ce nez que je ne saurais voir

24.12.2020 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Nos autorités ont-elles mesuré le bouleversement qu’elles allaient apporter à la langue et à la littérature françaises en rendant le masque obligatoire ? L’expression « Ça se voit comme le nez au milieu du visage » ne sera plus comprise par les jeunes, qui diront « C’est caché comme le nez au milieu du visage ». On ne dira plus « Je me suis trouvé nez à nez avec Untel », mais « Je me suis trouvé masque à masque avec Untel ». Nous « casser le nez » ne... Lire la suite