[Lecture de canapé] Les histoires de Helge Kragh

22.12.2014 | par Richard Taillet | Lectures

Il est des livres que l'on ne peut ouvrir que dans des conditions très particulières. On s'installe confortablement, dans un bon fauteuil ou dans un canapé, avec une lumière agréable, les puristes ajouteront un feu de cheminée et un chat sur les genoux. Bref, l'environnement doit être à la hauteur de ce qu'on va lire, car le livre va nous transporter, on le sait pour l'avoir commencé, ou pour avoir lu d'autres ouvrages du même auteur. Chacun pense ici à un livre qui l'a particulièrement marqué. Pour moi, ces jours-ci,  c'est « Conceptions of Cosmos » (2013) de Helge Kragh.

9780199665143_450

Pour expliquer cet engouement, il me faut revenir un peu en arrière. J'étais tombé cet été sur un autre ouvrage de cet auteur, « Cosmology and Controversy: The Historical Development of Two Theories of the Universe » (1996) qui porte sur l'histoire de la cosmologie moderne, plus particulièrement sur la controverse entre le modèle du Big-Bang et le modèle de l'Univers stationnaire, dans les années 1950-60. Enfin, par « je suis tombé sur cet ouvrage», je veux dire « je suis tombé dans cet ouvrage », comme dans un gouffre : je n'ai pas pu le lâcher avant de l'avoir fini, pris par l'intelligence, la pertinence et la précision de l'auteur. La cosmologie est une discipline très proche de mon activité de recherche, depuis une vingtaine d'années, et l'essentiel de l'histoire racontée dans cet ouvrage m'était inconnue ou mal connue, voire contre-connue !

718a3JXl5AL

J'ai ensuite eu l'occasion de lire quelques articles d'histoire des sciences écrits par Helge Kragh (voir la fin de ce billet), et finalement j'ai pu être convaincu de l'extrême rigueur de cet auteur en lisant son « An Introduction to the Historiography of Science » (1989) dans lequel il expose les méthodes et les buts de l'histoire des sciences. Ce livre m'a ouvert les yeux sur plusieurs points fondamentaux (en particulier sur le fait qu'écrire une histoire n'est jamais neutre d'intention, d'idéologie pour employer les grands mots ; en avoir conscience rend la lecture des ouvrages d'histoire des sciences encore plus passionnante !).

2974967

Bref, je suis fan d'Helge Kragh (je n'ai pas encore trouvé de tee-shirt à son nom mais je ne désespère pas !) et je dévore son « Conceptions of Cosmos » évoqué au début de ce billet. La première moitié de l'ouvrage présente l'histoire de la cosmologie pré-moderne (de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle inclus), en détricottant la succession Aristote/Ptolémée/Copernic/Kepler/Newton de façon claire et précise, puis en décrivant l'influence de l'évolution de la physique (mécanique puis thermodynamique) et des sciences en général (l'intrication de la philosophie, de l'astronomie et de ce qu'on appelle aujourd'hui un raisonnement scientifique) sur les idées cosmologiques. La seconde moitié est consacrée à la partie moderne de cette histoire, de l'avènement des relativités d'Einstein aux développements les plus récents (énergie noire, cosmologie quantique, etc.). Au passage, l'auteur revient sur quelques épisodes qu'on croyait connaître, pour y apporter des précisions bienvenues, comme le paradoxe d'Olbers. Il y confirme aussi qu'il est à l'aise avec le formalisme mathématique des théories qu'il décrit, ce qui n'est pas le cas de tous les historiens des sciences !

Je prends le temps de terminer cette histoire de la cosmologie, de la savourer, tout en sachant qu'en haut de la pile « à lire » qui me nargue tous les jours dans mon bureau se trouve sa biographie de Dirac.

ItemImage

Pour ceux qui seraient curieux de lire cet auteur au plus vite, dans des formats plus courts mais aussi plus académiques, voici certains de ses articles auxquels on peut accéder librement (on rencontre son nom quelques dizaines de fois en se promenant ici) :

  • [lien] « Arthur March, Werner Heisenberg, and the search for a smallest length/Arthur March, Werner Heisenberg, et la notion de longueur minimale » Helge Kragh, Revue d'histoire des sciences 48 (1995) pp. 401-434
  • [lien] « Who Discovered the Expanding Universe? »,  Helge Kragh et W. Smith, History of Science 41 (2003) pp. 141-162
  • [lien] « The Second Moon of the Earth », Helge Kragh, Journal for the History of Astronomy 40 (2009) pp. 1-10
  • [lien] « Cosmic radioactivity and the age of the universe, 1900 - 1930 », Helge Kragh, Journal for the History of Astronomy 38 (2007) pp. 393-412
  • [lien] « Cosmology Between the Wars: The Nernst-MacMillan Alternative », Helge Kragh, Journal for the History of Astronomy 26 (1995) p.93

Un commentaire pour “[Lecture de canapé] Les histoires de Helge Kragh”

Publier un commentaire