Ne convoquons pas la science pour si peu

Dans les discours publics, il y a ce "démontré scientifiquement", et dont j'ai déjà montré que l'expression est contradictoire : la science ne démontre pas, mais elle réfute, alors qu'elle est lancée dans un programme d'exploration des mécanismes des phénomènes.

Mais ce matin, ce n'est pas cette expression que j'ai entendue : devant moi, il était question de science pour établir les faits, avec rigueur.

Et là, c'est une autre confusion, car la rigueur n'est pas l'apanage des sciences, et l'établissement des phénomènes, s'il s'agit bien d'une des étapes de la science, n'est pas l'opération la plus intéressante.

A propos de rigueur : impossible de penser à un artiste qui ne soit pas rigoureux ; impossible de penser à un bon professionnel (peintre en bâtiment, maçon, cuisinier, médecin, etc.) qui ne soit pas rigoureux, si la question est la seule qui vaille : la belle ouvrage !

Oui, les sciences de la nature recourent à des nombres, à des équations, et cela se fait nécessairement avec rigueur (aucun signe d'une équation ne peut être changé intepestivement), mais ce n'est pas l'apanage exclusif des sciences.

Pour les faits, il suffit de les avoir établis rigoureusement, et cela relève de la technique, ou de la technologie... mais pas des sciences de la nature.

Bref, ne confonds pas tout !

Publier un commentaire