Que comprennent vraiment nos interlocuteurs ?

Hier, j'ai fait une intéressante observation, pendant que je faisais une conférence en français qui était traduite en anglais.

Bien sûr, j'aurais pu moi-même parler anglais, mais les circonstances m'ont imposé la présence d'un traducteur, qui a fait de son mieux... à cela près que, comme je comprends l'anglais, j'ai pu m'étonner de voir certains de mes propos très mal traduits. Ou, plus exactement, traduits de façon incohérente.

Alors que je croyais énoncer des choses simples ! Je discutais la question du refroidissement d'une émulsion. Une émulsion, c'est un liquide (par exemple de l'eau) où sont dispersées des gouttelettes d'un autre liquide qui ne se mélange pas au premier : par exemple, des gouttelettes d'huile. Jusque-là, ça me semble simple, non ?

 

Pourtant, je ne comprends pas pourquoi le traducteur, de formation culinaire et de langue maternelle anglaise, parlant parfaitement le français, a parlé de "molécules de graisse" au lieu de gouttelettes.
Pourquoi est-il allé chercher une notion qu'il comprend mal, alors que je disais des choses simples ?

 

 

À la réflexion, je crois que notre ami n'avait pas de représentation mentale des objets dont il parlait et qu'il utilisait simplement les mots pour les mots.

 

Cette observation me paraît extrêmement intéressante, pour moi qui me suis longtemps focalisé sur les mots et non pas sur les images, dans les explications que je donne.

Avec l'épisode d'hier, je comprends mieux que les images s'imposent absolument parce qu'elles évite les incompréhensions.
Et, du moins, si elles ne les évitent pas, elles fixent les idées d'une autre façon que les mots.

Oui, j'ai finalement compris : il faut des schémas, des schémas et encore des schémas, peut-être même des animations, en plus des textes, pour arriver à bien se faire comprendre.

Et quand je ne serai pas en mesure de faire des schémas, en expliquant des points scientifiques à des amis, je devrai passer du temps à bien inscrire dans l'esprit de mes interlocuteurs l'analogue de schémas, d'images. Il faudra que j'aide mes amis à se faire lentement ces images.

Oui, il y a derrière tout cela la question compliquée de la représentation. Ce n'est pas une question nouvelle, mais ce n'est pas une question non plus parfaitement résolue.

Publier un commentaire